11 octobre 2008

cineffable

a cineffable (festival lesbien et gai du cinéma) la librairie Violette and C° aura un stand avec entre autres les livres de ma maison d'édition

Violette en C°, librairie lesbienne et feministe 102 rue de Charonne 

et editions geneviève Pastre 67 rue St Jacques 75005 (qui ne tiendra pas de stand en tant que tel.mais les auteurs y seront)

voir sur le site à cineffable!!

 

Commentaires

merci beaucoup, Geneviève!
Cineffable avec Véronique Pestel :-)

Écrit par : Claudia Koltzenburg | 12 octobre 2008

Bonjour, c'est en cherchant les introuvables carnets d'Emilie de Marie DURENQUE que j'arrive chez vous, j'y retrouve lezzone et Clapàs, hétéro culturellement, plus je vieillis et plus j'aime les femmes même si je reste ignorante des amours féminines, la vie n'ayant mis sur mon chemin que des hommes... mais bon la vie es tlongue n'est ce pas, toujours est-il que je vous invite à visiter mes blogs, de poète
http://delitdepoesie.hautetfort.com/
de revuiste http://larevuenouveauxdelits.hautetfort.com/
de photographe amatrice http://imagesducausse.hautetfort.com/


amicalement
Cathy


RÉSURGENCE

Je suis la Truie dit-elle
et la Lionne.
Mon jardin fut des plus fertiles,
ma fontaine des plus sacrées.
Je contiens tous les âges,
le temps devant moi
docilement s’inclinait.

Ils sont venus
en mon ventre
arracher le soleil.
Ils m’ont liée à la lune,
jetée à la nuit
mais jamais lumière
ne fut plus blanche
qu’entre mes cuisses

Toi le frère, le fils, le père
et l’Ancien qui a trahi,
tu te dresses en conquérant
sur des ruines et des cendres.
Tu invoques l’amour
glaive à la main,
des fusils des roquettes,
innombrables phallus
de destruction.

Tu n’as jamais été pourtant
aussi impuissant,
homme émasculé du sens,
depuis que les déesses de l’amour
tu as maudites.

Innana, Ishtar, Astarté
Brûlés le fruit le jardin
Symboles de ta perdition



Tu as réduit les mères nourricières
au rang de putains de l’agro-industrie,
tu leur a mis le joug
de tes folies mécanistes.

Cérès Déméter pleurent sans fin,
quelle que soit la saison,
Perséphone ne quitte plus les enfers.
La vulve de Gaïa est sèche,
ses seins sont crevés,
ses veines lourdes et souillées.

La vérité n’est plus voilée,
elle est violée sans répit
mais tu as beau pilonner homme
je reste l’Inviolable
et la Vierge éternelle

« car je suis la première et la dernière.
Je suis l’honorée et la méprisée.
Je suis la prostituée et la sainte.
(…)
Ayez du respect pour moi.
Je suis la scandaleuse et la Magnifique. » *


Extrait de mon recueil Salines

* transcrit de papyrus gnostiques traduits en copte au IIIe ou Ive siècle,
découvert vers 1945 à Nag’ Hammâdi, en Haute-Egypte

Écrit par : Cathy Garcia | 12 octobre 2008

Bon à avoir découvert ce ... merci pour l'aide que vous avez été .. Je suis plus que probable que de revenir ici

Écrit par : GeoTrust SSL | 08 décembre 2011

Merci beaucoup, c'était une histoire touchante ..

Écrit par : cohiba | 17 février 2012

c'était? seulement dans le passé? ça nous touche encore :-)

Écrit par : Claudia Koltzenburg | 17 février 2012

Les commentaires sont fermés.